Xénophon

200px-Xenophon
Né dans le dème d’Erchia en Attique, dans les premières années de la guerre du Péloponnèse, Xénophon est le fils de Gryllus, membre d’une riche famille aristocratique. Il fréquente les sophistes, dont Prodicus à Thèbes, et devient l’élève de Socrate.

Hostile à la restauration de la démocratie après la tyrannie des Trente, il s’engage dans l’expédition menée par Cyrus le Jeune, fils de Darius II, contre son frère Artaxerxès II. Lors de la bataille de Counaxa, en 401 av. J.-C., l’issue du combat est incertaine, mais la bataille tourne à l’avantage des perses lorsque Cyrus est tué. Peu après, le chef grec, le spartiate Cléarque, est pris et exécuté. Xénophon est alors élu commandant de l’arrière-garde de l’armée des mercenaires grecs, qui se retrouvent seuls sur les plaines entre le Tigre et l’Euphrate. Il conduit alors la retraite des 13 600 Grecs, surnommés les « Dix Mille » — retraite qu’il conte dans son ouvrage le plus fameux, l’Anabase, et qui aboutit au célèbre cri « θάλαττα! θάλαττα! / thalatta ! thalatta ! » (« La mer ! La mer ! »)[1] poussé par les Grecs apercevant le Pont-Euxin à la sortie des montagnes. Arrivé en Thrace avec ses compagnons, il se met au service du roi Seuthès qu’il rétablit sur son trône. Puis il met ses hommes au service du roi Agésilas II de Sparte.

À son retour à Athènes, il est mal accueilli, et part à Sparte, où il fait partie des troupes du roi Agésilas II combattant en Perse. Il est alors banni par Athènes, alliée des Perses, et dépossédé de ses biens. En 394 av. J.-C., il se bat contre les Athéniens à Coronée. Il s’installe à Scillonte, en Élide, où il passe plus de 20 ans, occupé à la rédaction de la plupart de ses ouvrages notamment l’Anabase. À la suite d’une guerre entre Sparte et les Eléens, il doit quitter Scillonte et se réfugie à Corinthe en 371 av. J.-C.. Athènes étant alors l’alliée de Sparte, la sentence de bannissement est levée en 367 av. J.-C., mais il n’existe aucune preuve qu’il rentre à Athènes. Il n’existe plus d’informations sur lui à partir de là, mais on suppose qu’il est mort en 355 av. J.-C.

Lire ses Livres sur le web :

Traité de l’équitation

Hipparque


Recherche



Google Pub.

Livres sur AMAZON